Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Blog de René Dosière
  • Blog de René Dosière
  • : Site de René Dosière Député de la 1ère circonscription de l'Aisne
  • Contact

Livre

Le contacter

50 rue Jean Baptiste Lebas 

02000 LAON Cedex 
03 23 23 24 25 

03 23 23 63 54 (fax) 

rdosiere@assemblee-nationale.fr

 

24 mars 2007 6 24 /03 /mars /2007 19:45
 
Enfant de l’Aisne

école communale d'Origny Sainte Benoîte
école communale d'origny Sainte Benoîte

Je suis né le 3 août 1941 à Origny Sainte Benoîte, dans l’Aisne, où mon père était instituteur puis directeur de l’école communale.
 
Je suis le second d’une famille de quatre garçons. J’effectue ma scolarité comme interne au lycée Henri Martin de Saint Quentin où je réussis mon baccalauréat de philosophie.
Je m’inscris ensuite à la Sorbonne (devenue l’Université de Paris 1) ou j’obtiens une licence d’histoire et de géographie et un diplôme d’étude supérieur de géographie avec un mémoire consacré à « la vie rurale dans le canton de Ribemont ».
 

Marié, père de trois enfants, Eric, et grand père de 8 petits-enfants. J'habite Laon depuis 1970.


 

 
Militant de longue date

J’entre en politique par la voie associative et l’éducation populaire. Ce que l’on appelle volontiers aujourd’hui la Société civile.
Adolescent, je préside le Ciné Club des Jeunes de Saint Quentin dont j’anime les discussions. Je milite à la JEC (Jeunesse étudiante chrétienne) dont je deviens secrétaire départemental de l’Aisne en 1959, puis membre du secrétariat national de 1960 à 1964.
De retour dans l’Aisne après un service national accompli au Québec, je milite à la Fédération des Conseils de Parents d’Elèves (FCPE) dont je deviens secrétaire départemental de 1979 à 1980.

 

Le ciné-club des Jeunes de St Quentinciné-club

En 1980, je suis élu président de la Fédération Départementale des Maisons des Jeunes et de la Culture (FDJC). A partir de 1975, je participe aussi aux travaux de l’Association pour la Démocratie et l’Education Locale et Sociale (ADELS) fondée en 1965 par Michel Rocard. J’anime parallèlement à Laon un Groupe d’Action Municipale (GAM) qui regroupe des personnalités engagées dans la vie municipale. De 1976 à 1979, je siège comme assesseur bénévole au tribunal pour enfant de l’Aisne. En 2001, le ministre des transports me nomme président du nouveau conseil national de la sécurité routière.

Je rejoins le Parti Socialiste en 1977. Je siège au comité directeur de 1985 à 1990 et occupe les fonctions de délégué national à l’aménagement du territoire de 1985 à 1987 et aux finances locales de 1987 à 1992. De 1990 à 1993, je suis membre de la commission nationale des conflits. De 1986 à 1990, je suis vice-président de la Fédération nationale des élus socialistes et républicains (FNESER)

 Passionné par les questions locales et internationales

Je commence ma carrière en 1967 au Service départemental d’aménagement rural de l’Aisne. A ce titre, je participe à l’élaboration de plusieurs schémas d’aménagement, comme celui de la Thiérarche et de la Vallée de l’Aisne. Je travaille également sur la protection sanitaire, sociale et judiciaire de la jeunesse dans l’Aisne, et le maintien des services publics en milieu rural.

Depuis 1978, j’assure un enseignement de finances locales à la faculté de droit et des sciences politiques de l’Université de Reims, ce qui m’a permis de rester proche des jeunes et de leurs préoccupations. Parallèlement, je préside la commission de décentralisation du IXeme Plan (1981-1984), siège au Comité des finances locales (1986-1989 et de 1998 à 2002), ainsi qu’au conseil d’administration du Crédit local de France devenu Dexia-crédit local (1984-1990).

Entre 1993 et 1997, je deviens consultant international et assure des missions d’études et de conseils sur l’administration locale auprès des gouvernements russes, arméniens et malgaches.

 

  La politique autrement

Elu de proximité et de la nation

Mes premiers mandats politiques sont locaux : en 1977, je deviens 1er adjoint au maire PS de Laon en charge des finances, de l’urbanisme et de la culture, après m’être présenté une première fois aux municipales de 1971. En mars 1983, je suis élu maire de laon jusqu’en 1989. Je siège ensuite comme conseiller municipal d’opposition jusqu’en 2001 ou je quitte le conseil municipal après 24 ans de présence pour respecter la loi sur le cumul des mandats votée par la gauche. En 1993, je suis élu conseiller général PS du canton de Laon-sud, réélu en 1994 puis en 2001. Conseiller régional de Picardie à partir de 1977, je deviens vice-président de cette collectivité en 1979, puis président de 1981 à 1983.

 































Je suis élu député socialiste de la 1ere circonscription de l’Aisne en mai 1988, mandat que je retrouve en 1997 et 2002. En 2005, je deviens vice-président de l’Assemblée nationale. 

 

Rapports conflictuels avec le PS

Aux élections législatives de 2007, la fédération socialiste de l'Aisne refuse de m'investir et soutient un vice-président du conseil général. Detenant mon mandat de la confiance populaire, je décide de me représenter, ce qui me vaut d'être exclu du parti socialiste dont le candidat est éliminé au 1er tour. Je suis réélu avec 56,3% des suffrages. Je siège à l'Assemblée comme apparenté au groupe parlementaire socialiste.

Aux élections législatives de 2012, rebelote ! Le parti socialiste soutient le même candidat qu'en 2007 alors que le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, appuie ma candidature.

Battu au 1er tour, le candidat officiel du parti socialiste décide de se maintenir au 2nd tour, au risque de favoriser la droite. En conséquence la direction nationale du parti socialiste lui retire son soutien "sans pour autant l'exclure". Au deuxième tour, je deviens le candidat du parti socialiste et je suis élu avec 42,2% des voix dans le cadre "d'une triangulaire". Je siège désormais au groupe parlementaire socialiste de l'Assemblée.

 


en mai 1993, l'élection de René Dosière au conseil général de l'Aisne est saluée par le dessinateur du journal  "Le Monde"

 

Mon bilan à la mairie de Laon

Sous mon impulsion dans les années 80, la ville de Laon a connu un développement remarqué entraînant la création de près d’un millier d’emplois : implantation de la grande surface Continent, de plusieurs PME sur la zone d’activité, de trois hôtels, création du centre pénitentiaire, renouveau du centre commercial du Plateau, mise en service du Poma et construction du Forum des trois gares…La municipalité que j’ai dirigée a lancé la construction et la rénovation d’un millier de logements, transformé la maison de retraite de l’hôpital en Résidence d’Estrées, créé un centre de la petite enfance, un office du tourisme, réhabilité l’ancien Hôtel-Dieu. Nous avons aussi relancé le jumelage Laon-Soltau et donné son essor à la MAL qui fait de Laon le centre culturel du département.
Un bilan qui tranche singulièrement avec les maigres réalisations des équipes de droite qui m'ont succédé depuis 1989.
le centre pénitentiaire

la première (et la seule)
rue piétonne de Laon

ldes logements à loyer modéré
ont remplacé les taudis
 place des Frères Le Nain

le Poma

 

 

Repost 0
Published by René Dosière - dans Mon parcours